Comment éviter de perdre ses données ? Guide des bonnes pratiques

Comment éviter de perdre ses données ? Guide des bonnes pratiques

Le service de récupération de données chez TRACIP

TRACIP, née en 1994, est pionnière en récupération de données et en investigation numérique. Pour effectuer les récupérations de données dans notre laboratoire, nous utilisons des compétences et des technologies innovantes issues du domaine de l’investigation numérique, ce qui permet d’apporter une plus-value et une expertise supplémentaire.

Si vous faites face à une perte de données, vous pouvez faire une demande de devis en ligne. Pour maximiser nos chances de réussite concernant la récupération de vos données, pensez à ne pas insister sur du matériel endommagé et ne pas tenter de récupérer vos données vous-même, cela permettra de ne pas empirer la panne et de ne pas détériorer davantage les données perdues. Pour éviter que cela se reproduise, nous vous conseillons quelques bonnes pratiques à mettre en place au quotidien.

Les pratiques à adopter

Les sauvegardes

Les utilisateurs ont tendance à avoir une confiance absolue en leur média, ils n’effectuent pas de sauvegardes et ne se préoccupent pas des éventuels risques de pertes de données. Les potentiels problèmes et pannes que peuvent rencontrer leurs médias, engendrent bien souvent des pertes de données, cependant, il existe des solutions pour réduire ces cas.

Le meilleur moyen de conserver ses données et de ne pas les perdre est d’effectuer des sauvegardes. Les sauvegardes peuvent s’effectuer sur plusieurs types de médias tels que les serveurs NAS, le cloud, les disques durs, les mémoires flash (les clés USB et les cartes mémoires), le smartphone, le CD, etc… Le plus important reste également de procéder à des sauvegardes le plus souvent possible, pour ne pas prendre de risques.

La multiplication des sites géographiques de sauvegardes

Pour minimiser les risques de perte de données, il est préférable de maximiser les sauvegardes sur différents sites géographiques. À titre d’exemple, il est possible de conserver un disque dur externe dans un lieu et un serveur dans un autre, voire même de conserver ces données sur un cloud également. Dans le cas extrême d’une catastrophe naturelle telle qu’une inondation ou un incendie, les données peuvent être perdues immédiatement, sauf si elles sont conservées dans un lieu différent.

Multiplication du nombre de sauvegardes

Si vous pouvez utiliser des médias de nature différente pour sauvegarder vos données, cela vous permettra d’éviter d’augmenter vos chances de ne pas perdre vos données. Cette pratique permettra de minimiser les risques, tout comme la multiplication de sauvegardes sur différents sites géographiques, car chaque type de média possède ses avantages et ses inconvénients, avec des problèmes spécifiques pour chacun.

Les médias et leur fiabilité

MédiaStockagePrixMaintenanceTransportabilitéFiabilitéRemarques
CD/DVD+++++++S’abime très facilement et très rapidement
Cartes mémoires et clés USB+++++++Manque de fiabilité dans la durée, ne sert qu’à transférer des données d’un média à un autre
Smartphone++++++++Risque de casse et de panne
SSD++++++++++Durée de vie limitée
Disque dur+++++++++Beaucoup de risques (mécaniques, électroniques ou humains)
Cloud++++++++++Risque de catastrophes naturelles au data center ou prestataire
Serveur NAS+++++++++++++Risque de catastrophes naturelles

Le serveur NAS, permet de stocker énormément de données, il est probablement le plus fiable des médias en termes de sauvegardes de données. Cependant, les utilisateurs sont, dans la plupart des cas, des professionnels, car pour les particuliers qui ne travaillent pas dans le domaine de l’informatique, la maintenance du serveur est plus complexe.

Les risques du cloud

Dans le cas du cloud, le prestataire, autrement dit le data center, peut faire face à des catastrophes naturelles qui peuvent détruire des milliers voire des millions de données d’utilisateurs. Lors d’un tel risque, la problématique réside dans le lieu du data center, en effet si un bâtiment fait face à une catastrophe naturelle, toutes les données des sauvegardes de ce cloud, situées dans ce même lieu, seront perdues. Si les bâtiments du data center sont localisés dans une autre région, voire un autre pays, le risque est limité.

Une entreprise française de data center et d’hébergement de serveurs, a récemment fait face à ce type d’évènement. Un incendie s’est déclaré chez OVH au mois de mars 2021 et a impacté plus de 3,6 millions sites internet et données ainsi que plus de 10 000 clients.

Les disques durs font également face à beaucoup de potentiels problèmes tels que des problèmes mécaniques, électroniques ou encore dus à une erreur humaine (chute, mauvaise manipulation du disque…).

Les menaces

Les mauvaises pratiques

À titre d’exemple, nous avons eu le cas d’un particulier qui utilisait une clé USB pour stocker des données, notamment sa thèse de doctorat. La clé USB étant le média le moins fiable pour stocker ses données et effectuer sa sauvegarde, plusieurs données ont été perdues.

Les cyberattaques, exemple : le cryptolocker, une forme de ransomware

À ce jour, beaucoup de cyberattaques existent, on compte parmi elles : l’attaque wanna cry (piratage mondial impactant plus de 300 000 ordinateurs), les malwares (logiciel malveillant installé dans un ordinateur sans le consentement de l’utilisateur qui peuvent être de plusieurs natures : les rançongiciels autrement dit les ransomwares, cheval de troie ou encore virus), le hameçonnage (attaque dissimulée dans un mail ou un lien entraînant l’installation de logiciel malveillant), le cassage de mots de passe, etc…

Le cryptolocker est une forme de ransomware, en réalité c’est un cheval de Troie (un logiciel), qui chiffre les données d’un ordinateur et qui oblige l’utilisateur à payer une rançon pour récupérer ses données. Le cryptolocker commence par se propager dans l’ordinateur et peut chiffrer les données de l’ordinateur, mais il peut aussi se propager sur le serveur NAS, qui possède les sauvegardes de données de l’ordinateur. Après s’être propagé sur le serveur NAS, il peut attaquer tous les autres ordinateurs qui possèdent une sauvegarde sur le serveur NAS. En résumé, toutes les données, même si elles sont sauvegardées, peuvent être perdues. Le voleur demande, alors à l’utilisateur de payer une rançon pour récupérer toutes ses données (sans garantie).

La nécessité de stocker ses données sur différents médias

Malgré la fiabilité du serveur NAS, ce type de média peut lui aussi rencontrer des problèmes (notamment de firmware) et engendrer la perte de données. C’est pourquoi il est essentiel de pouvoir les stocker sur d’autres médias, de nature différente, à des endroits géographiques variés, non connectés à internet et au serveur NAS (pour que le cryptolocker ne puisse pas attaquer les données stockées sur les autres médias).

Chez TRACIP, nous pratiquons la récupération de données sur tous les médias cités précédemment, quelle que soit la panne et le problème. Nous avons l’habitude de traiter des cas plus ou moins complexes, que ce soit sur des disques durs, des clés USB, des serveurs NAS ou encore des smartphones, nous sommes aptes à récupérer vos données grâce à notre laboratoire et notre salle blanche pour les cas les plus complexes. Nous traitons également les problématiques autour des cryptolockers notamment les ransomwares. En effet, le service de cyber assistance peut vous accompagner pour résoudre vos problèmes de sécurité numérique entraînant le chiffrement de données. Si vous observez que votre média est infecté par un virus quelconque, contactez-nous.